Sophie GALLOU

Sophie GALLOU

Des bretons sur le THP En 2015, j’étais venue à la découverte du THP avec Thierry, mon mari et un copain. Ils s’étaient tous les deux mis sur la course longue (77 kms). Raisonnablement, en tant que bretonne peu habituée aux dénivelés, j’avais couru le trail des 27 kms. Ce fut une expérience fabuleuse. J’avais tellement apprécié le moment passé en course que j’ai demandé à Vincent (organisateur) d’être «serre file»  du 8kms le lendemain. En débalisant tranquillement avec un bénévole, j’ai pu encore mieux savourer les magnifiques paysages de pierriers, champs de lavande et d’oliviers. En rentrant de Forcalquier, j’ai échangé sur cette belle course avec les collègues de course à pied. Les récits, photos et teasers sur le site internet ont dû faire de l’effet, car très vite ils m’ont annoncé qu’ils étaient partants pour 2016. C’est comme cela que nous avons pris l’avion jusque Marseille et nous sommes présentés à 10 bretons sous un soleil radieux au camping Indigo  le vendredi, veille de course. 5 traileurs inscrits sur le 77, 4 sur le 47kms et 1 accompagnante. Je me suis moi-même laissée tentée par le 47 kms avec pour objectif premier de découvrir encore plus de paysages et de profiter des magnifiques circuits préparés pour nous ce jour-là. Après le trajet en bus et l’attente sur la place du petit village de Saint Etienne d’Orgues, je me suis lancée dans la première partie composée des plus gros dénivelés avec les collègues. Vu le profil de course, j’ai opté pour les bâtons et emporté avec moi de quoi bien me ravitailler (eau, nourriture). Je suis partie à l’aventure en me disant que l’objectif unique était d’atteindre l’arrivée sans blessure. Les kilomètres se sont plutôt bien enchainés en faisant attention à bien m’hydrater et à manger régulièrement. Les ravitos ultra garnis en salé, sucré auraient largement suffi à mon alimentation. Surtout que la pause avec les bénévoles a été un très bon moment à chaque étape. Une erreur d’inattention due à la fatigue m’aura coûté 1 kilomètre supplémentaire. Pour le reste balisage impeccable. J’ai enchainé les montées en marche rapide et les descentes en course jusqu’à la fin. Quelques échanges avec des collègues de course, des passages merveilleux et une chaleur de plus en plus forte surtout dans les Moures avant l’approche finale de Forcalquier. Et voilà après 7h01 de course je franchis l’arrivée au cœur de Forcalquier : 4ème féminine et contente d’être là. Les filles devant moi avaient un bon niveau. La première a épaté tout le monde en finissant 3ème au scratch. J’ai ensuite vu les arrivées successives de mes co-équipiers. Malgré quelques passages à vide et coups de chaleur, les 9 bretons sont finishers. Plus ou moins épuisés mais ravis d’avoir partagé ce moment de pur bonheur en montagne, sous un soleil sublime. Une soirée en terrasse sur la place (avec des collègues parisiens présents également chaque année depuis la première édition en 2014) à se raconter nos péripéties de course et à apprécier le magnifique feu d’artifice sur la basilique. Et déjà le dimanche arrive et il faut se rendre à l’aéroport direction Brest. Un week-end bref mais intense et des images plein la tête jusqu’à l’année prochaine.  Nos récits vont-ils faire de nouveaux émules en Bretagne ? Je l’espère. Mais en tout cas pour nous tous, un merveilleux souvenir que nous laissera cette édition 2016.

Marathon de Lure 2016 - 5ème en 07:01:36

2018-10-26T17:09:26+00:00

Marathon de Lure 2016 - 5ème en 07:01:36